– Peux-tu te présenter en quelques mots.
Channa Galhenage, 44 ans, Britannique, barista depuis 2010, en France depuis 2003.

– Quand as-tu ouvert Loustic et quelle est l’histoire derrière ?
Loustic a ouvert en mars 2013, en projet depuis 2009, tout simplement parce que j’en avais marre de boire du très mauvais café à Paris.

– Quelle est ta spécialité, qu’est ce qui te rend différent ?
Exigence sur la sélection et la préparation des cafés, torréfacteur belge (Caffénation, Anvers), chez Loustic on est comme à la maison où tout est décontracté, naturel, sans chichi, et où tu risques même de te faire engueuler si tu mets tes pieds chaussés sur mes banquettes.

– Quelle a été ta première expérience avec le café ?
J’ai bu mon premier cappuccino à 10 ans. J’adorais la mousse bien sûr.

– Quelle a été ta meilleure expérience avec le café ?
Le déclic, c’était en 2008 à New York dans un café paumé à la 318ème rue, ou j’ai goûté un Yirgacheffe sublime pour la première fois.

– Te prépares-tu du café à la maison ? Si oui, quelle méthode utilises-tu ?
Oui – en Aeropress et Moka, selon l’envie.

– Comment aimes-tu ton café? Noir, sucré et avec du lait, glacé, turc / vietnamien… ?
Noir, sans sucre. Espresso ou filtre.

– Comment te qualifierais-tu en tant que buveur de café (occasionnel, régulier, accro…) ?
Accro. C’est bien ma drogue.

– As-tu toujours été dans l’industrie du café ? Si non, qu’as-tu fait avant ?
Non – je travaillais dans les ressources humaines et le recrutement avant, histoire de pouvoir payer le loyer..

– As-tu une passion en dehors du café ?
Bien sûr – la musique (toutes), ma fille Anaïs, la bière artisanale, des voyages, la cuisine, les bouquins, les fringues, ma chérie, rencontrer les gens..

– Quel endroit au monde recommanderais-tu en dehors de la France (café ou pas) ?
Londres, Copenhague, L’Espagne, le Japon, le Sri Lanka..

– Que dirais-tu aux gens qui ne s’y connaissent pas beaucoup en café ou qui se sentent exclus de la troisième vague ?
Qu’il n’y a pas de « troisième vague ». Pour paraphraser Duke Ellington à propos de la musique « si (le goût) est bon, il est bon ».

Avatar
Published by

ali@digitalpark.be